lundi 25 mars 2013

A mole cricket... and many more


















Au printemps (ici, le 9 avril 2010), on entend au loin un doux ronronnement à la tombée de la nuit, pas toujours aisé à localiser. Mais une fois que l'on s'approche lentement, c'est pour découvrir le chant de la courtilière, la taupe des grillons (d'où son nom de taupe-grillon). Si l'on porte son oreille à hauteur du sol, le bruit en devient assourdissant et l'on ne tient pas plus que quelques secondes. Vous pouvez l'écouter ici. La courtilière chante depuis une salle creusée sous la surface, à laquelle elle accède par un tunnel et qui présente plusieurs ouvertures. Cette salle fait office de caisse de résonance. Les locaux la désignent par le nom de "ralo". Ses pattes fouisseuses sont impressionnantes. La voici en action. La distribution des courtilières au Portugal est assez mal connue et on y a observé trois espèces différentes : G. Gryllotalpa, G. Vinae et G. Africana, découverte dans la Serra de Monchique en 2007 (Boln. Asoc. Esp. Ent., 32 (1-2): 179-181, 2008).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire