samedi 21 avril 2018

Alquevar com ilhas

Le nom "Alqueva" est devenu célèbre pour tous les visiteurs de l'Alentejo car il désigne aujourd'hui un des plus grands lacs artificiels d'Europe, dont l'eau nous touche à un kilomètre de la ferme, qui ne compte pas moins de 426 îles et dont le barrage est implanté près du petit village d'Alqueva.

Mais "alquevar" désigne d'abord le fait de mettre une terre en jachère en la retournant en hiver avant les grandes pluies de printemps pour la semer l'automne suivant. Pas du tout idéal pour ceux qui s'opposent au travail du sol: perturbation de la vie du sol et érosion, en particulier par le vent en été. Mais mes amis agriculteurs du coin ne sont pas encore tout à fait prêts au non-labour et aux sols couverts, qui sont d'ailleurs plus difficiles à réaliser dans des zones à été très sec comme l'Alentejo. Ceci dit, on peut déjà essayer de les convaincre de tracer leurs sillons transversalement au sens de la pente, pour limiter l'érosion par l'eau. Le message ne fut pas difficile à faire passer à ce stade du processus mais le sera sans doute plus lors de l'étape d'ensemencement, notre sol étant peu drainant.

En outre, les chênes verts du montado y maintiennent de petites îles enherbées, qu'on essaie d'avoir les plus larges possibles. Celles ci-dessous sont encore trop étroites, mais à force d'insister, le message finira par passer... Ce dernier point prend cependant du temps à faire son chemin pour des agriculteurs convaincus que le travail du sol est bénéfique aux chênes verts, même en passant à leur pied. C'est oublier que, traditionnellement, ce travail du sol était systématiquement associé à la taille de la couronne, qui est sans doute le facteur qui leur redonnait vigueur. Et qu'il s'effectuait à l'issue de longs assolements avec des engins mécaniques plus légers. On aimerait avoir un peu de littérature scientifique pour les convaincre que de larges îles enherbées sont une bonne chose pour les chênes dans un monde où la taille de la couronne est devenue moins systématique.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire